samedi 19 octobre 2013

Quand Le Dauphiné Libéré parle BD...

Ce week-end, Georges Ramaïoli est présent au festival de bande dessinée de Chambéry. L'occasion pour ses lecteurs savoyards de se procurer les séries Mayas et Colorado avec de belles dédicaces.
Le Dauphiné Libéré, comme tous les ans, n'a pas manqué de suivre l'événement, publiant dès le vendredi un article d'introduction du festival.
Je n'ai pas résister à la tentation de publier cet article paru hier, dont les dernières lignes sont assez surprenantes. Jugez par vous même : 
 

Vous aurez sans doute noté les formules "coup de pouce" "seconde chance" et "passage à vide". Des formules qui ne sont pas forcément très adaptées concernant un auteur qui, depuis sa dernière venue officielle au festival de Chambéry en 2002, a publié :
 
- en tant que dessinateur et scénariste :
 
 

 
 

 


 
- en tant que scénariste :
 
 

 
Il ne s'agit là que des nouveautés. On peut aussi rajouter les publications des intégrales de "Zoulouland", le coffret regroupant les 15 tomes de la série "Vae Victis !", les rééditions chez Larousse de "Cortès le conquistador" en 2006 ainsi que "John Sorrow"chez Clair de Lune en 2004 et 2005 (initialement paru sous le titre "Starblood" - éd Soleil).
Et pour finir, sauf oubli de ma part, des participations à des collectifs parus en 2003 : "Histoires d'Alsace" et  "30 pinceaux contre l'indifférence".
 
Pas mal pour un auteur qui aurait connu un "passage à vide". Je rappelle au passage que nombreux auteurs, considérés aujourd'hui comme des têtes d'affiches, n'ont pas publiés, sur la totalité de leur carrière, autant d'albums que Georges Ramaïoli en seulement 10 ans.
 
Petit article du Dauphiné qui démontre bien aux connaisseurs de l'œuvre de Georges Ramaïoli (plus de 100 albums), que l'auteur de ces lignes n'a pas vérifié ses sources.
 
On comprend mieux pourquoi, dans la région, le Dauphiné libéré est surnommé le "Daubé"... 
 
 

2 commentaires:

françois Corteggiani a dit…

Au bal des cons y'en a qui ne seront pas à l'orchestre.

Sébastien Pernet a dit…

En effet, je crois même qu'il y aura du monde sur la piste de danse.